Le Barboteur

Digital Influencer
chemise cavalier bleu

Guide : Comment choisir une chemise ?

Que ce soit pour sortir, pour se balader tranquillement en ville ou encore pour aller dîner, pour la première fois, avec ses beaux-parents, la chemise est un incontournable, et un basique de notre garde-robe. En plus, la chemise c’est classe. Mais bon, oui, fallait s’y attendre, il y a toujours des bémols, et des faux-pas que l’on commet sans s’en rendre compte. Voici donc, un petit « write-tuto », pour vous aiguiller. Et faire de la chemise, ce qu’Idéfix est à Obélix, votre plus fidèle compagnon.

Définition : Le Larousse définie le mot chemise de la sorte : vêtement masculin qui couvre le buste, boutonné devant, avec des manches et avec un col ou pied de col. Très formel comme définition, je vous l’accorde.

Quand on part acheter une chemise il y a des règles d’or à connaitre. On pense toutes les savoir, mais que nenni ! La première est primordiale c’est : choisir une chemise à sa taille !

chemise cavalier bleu

Pour cela, il y a des points précis à prendre compte à l’essayage. Commençons méthodiquement de haut en bas :

  • Le Col: Rien de bien compliqué vous me direz. Pour une chemise un peu décontractée rien ne sert de fermer le col jusqu’en haut. Si le bouton le plus haut reste ouvert, et que vos 2 ou 3 poils (voire plus …) de torse ressortent, personne ne vous jettera la pierre. Même certains dirons « il est cool ce mec ». Par contre, et c’est là que ça devient un peu plus précis, si vous choisissez une chemise plus « habillée ». Quand vous êtes en cabine, pensez à fermer le bouton tout en haut de la chemise. Car, celle-ci peut se porter avec ou sans cravate. Mais dans l’optique où vous êtes dans une grande multinationale, et habitué aux costumes cravates, fermer le bouton tout en haut du col est fort important. Bref, donc à l’essai, on ferme le bouton tout en haut. Et là il y a deux écoles. La première votre glotte est comprimée contre votre trachée, vous êtes au bord de l’agonie et de l’asphyxie. Donc là, vous devinerez très vite que ce n’est pas bon, la chemise ne vous est pas adaptée. La deuxième, le bouton se ferme parfaitement. En suivant ma logique on se dit « Génial, ma chemise me va », mais non ! Car le col peut-être trop large. Passer un ou deux doigts entre votre cou et le col. Et donc, si les deux doigts passent c’est génial, par contre si vous pouvez en passer plus de deux doigts ce n’est pas bon, le col est trop large. Noter aussi que la rigidité du col est essentielle. En effet, plus il sera rigide et aura de la prestance, plus vous aurez un air très classe. De plus, bannissez les cols sans baleine (ouais ça s’appelle comme pour le soutien-gorge des femmes). Ce sont des petits « barres » qui permettent que les cols soient rigides.
  • Les épaules: généralement, on nous dit cette phrase que l’on a du mal à comprendre au début : « La couture doit arriver au niveau de la cassure des épaules, avec un demi centimètre de tolérance » … … … c’est vaste non ? personnellement la première fois que j’ai entendue ça, une brise est passée dans mon cerveau … Alors, après maintes recherches, j’ai fini par comprendre. Et j’espère, que vous allez aussi l’assimiler. Une chemise est cousue de manière à ce que sur l’épaule il y ait une couture. Mais parfois il arrive qu’elle soit trop haute, ou trop basse. En fait, il faut que la couture tombe sur l’acromion. Non non l’acromion n’est pas un poisson, ou une quelconque espèce marine peu connue. C’est un os. Un chouia d’os qui relie la clavicule à l’omoplate. De fait, si jamais ça tombe trop loin, c’est que la taille ne vous est pas adaptée. Notez d’ailleurs, que ce critère d’évaluation est valable pour d’autres vêtements tels que les t-shirts, pulls etc…
  • Les aisselles : L’endroit où quand il fait super chaud, les chemises s’imbibent de la sueur, et on perd beaucoup de crédibilité … Mais c’est la vie ! Petite astuce, moi je porte une veste ou un cardigan par-dessus pour camoufler. Bref, sérieusement, à ce niveau-là, il faut que la chemise soit un minimum Fitted, de l’anglais qui signifie « cintrée ». En effet, il faut d’attraper le tissu. En gros, on doit pouvoir pincer environ 1 cm de la chemise. Si toutefois, vous pouvez en attraper plus, ce n’est pas bon du tout. La chemise est trop large. En plus le soucis, c’est que le tissu va se retrouver dans le dos, et il y aura un surplus de matière. En bref, ça gonflera dans le dos, et ce n’est pas génial.
  • La poitrine : La chemise n’est pas là pour mettre vos pectoraux en valeurs. Oublier les idées reçus des starlettes de télé-réalités, qui aiment prendre des chemises 100 fois trop petites pour eux, juste pour faire ressortir leurs beaux torses bien épilés. On oublie, on raye ça de notre cerveau. Comme je l’ai déjà dit, la chemise s’est synonyme de classe. Mettons donc tout de notre côté pour être chic, et choisir une chemise à notre taille. Pour cela, c’est bien simple, il suffit, lorsque vous essayez votre chemise, de passer votre poing entre le vêtement et votre torse. Du coup, deux options s’offre à vous. La première : quand vous avez votre poing contre votre poitrine, de nombreux plis apparaissent autour du bouton. Ça peut dessiner une sorte d’étoile avec de très looooongs plis ! Dans ce cas-là, la chemise est trop serrée pour vous, pour la simple et bonne raison qu’il y a une trop forte tension autour du bouton. Toutefois, si on peut passer plus d’un poing, c’est que cette fois-ci la chemise est trop large pour vous. L’option idéale c’est quelques petits plis autour du bouton, et une légère tension au niveau de ce dernier. Vos pectoraux doivent être légèrement moulés, mais sans plus.
  • La taille : ou comment éviter d’acheter une chemise parachute ! Si vous voulez la chemise parachute c’est un peu, les chemises des mafieux des années 50, où quand elle est entrée dans le pantalon, il y a un surplus de tissu qui retombe au-dessus de votre ceinture. D’ailleurs, petite anecdote, lors d’un séjour à Rome, j’avais un collègue de classe qui voulait absolument s’acheter une chemise « italienne » … A l’essayage, on aurait pu en mettre deux comme lui dans sa chemise … Donc qu’elle soit « italienne », « norvégienne », « française » ou d’autres nationalités, la chemise ne doit pas flotter. Pour cela, toujours pareil, on s’arme de son poing, et on essaie la chemise, on passe le poing autour de sa taille. Si on peut passer plus d’un poing entre sa taille et la chemise, c’est qu’elle est trop large, et pas adaptée.
  • Les manches : Le soucis des garçons trop secs. Et celui que les hommes bodybuildés ne soupçonnent même pas … L’astuce c’est toujours la même chose, on pince le tissu, et si on peut attraper plus de 2 cm de la chemise au niveau des biceps, c’est que la chemise est trop grande. A l’inverse, si on arrive à rien avoir c’est qu’elle est trop petite. Et justement, c’est le problème des mecs sur musclés. Alors eux diront que la chemise flatte bien leurs biceps, ou alors ils s’excuseront vaniteusement d’avoir des muscles … Alors qu’en réalité, la chemise ne leur est pas du tout adaptée.
  • La longueur des manches : Tout simplement, la longueur des manches doivent s’arrêter en dessous de l’articulation du poignet.
  • Longueur de la chemise : cette question se pose que quand on veut porter une chemise un peu du style casual, et qui se porte en dehors du pantalon. Dans ce cas-là, la chemise au maximum, grand maximum doit arriver au niveau de la moitié des fesses.

noeud papillon chemise blanche

La deuxième règle importante est : apprendre à regarder sa chemise.

D’abord, on regarde comment la chemise est. C’est bizarre dit comme cela, je le conçois. Mais, lorsqu’elle est sur le cintre en magasin, on prend le cintre, l’éloigne de quelques centimètres de notre visage. Et là, si elle est froissée, personnellement je vous conseille de la remettre toute suite là où vous l’avez trouvée. Pourquoi me diriez-vous. Je vous répondrais, que si déjà sur le cintre elle est froissée, imaginez après plusieurs fois portée. Une petite anecdote, un jour, j’avais urgemment besoin d’une chemise bleu ciel pour aller travailler. Je suis allé dans une chaîne de prêt-à-porter pour homme très célèbre France, Celio, pour ne pas la citer. C’était pendant une période de soldes. Donc over-blindé de monde la boutique. Bref, j’ai mal regardé la chemise, je l’ai essayé tout bien. Le seul soucis c’est qu’une fois portée, elle était froissée, mais très froissée, presque chiffon. Et depuis, je n’ai jamais réussi à la rendre « lisse ». Évitons donc, les embûches dès le départ, et optons pour une chemise bien propre.

Ensuite,  ce qu’il faut faire, c’est apprendre à choisir ses chemises en fonctions des tissus. Le classique, c’est le coton. Mais, il faut que ce soit un coton de bonne qualité, vous apprendrez à le reconnaître en touchant la chemise. Par contre, s’il s’agit de coton égyptien, vous pouvez y aller les yeux fermés ! D’autres matières très performantes, comme la popeline, l’oxford ou le twill, sont très souvent utilisés pour les chemises. Après il existe aussi des chemises en soie, le grand confort, ou en lin. Alors, en mon sens, le lin ce n’est plus trop à la mode. Je trouve que ça vieillit énormément. Et au final, ça se froisse très vite. Bref … moi j’oublie cette matière.

La couleur de la chemise, ou les imprimés. Graouh ! Les chemises avec imprimés léopard, zèbre ou encore hawaïenne rouge aux fleurs blanches, sexy ! Au top de la tendance ! Ou pas … En fait, en parlant d’imprimés, c’est plus les rayures, carreaux et tout ça ce dont je souhaitais parler, voire les imprimés à fleurs qui peuvent aussi être super sympas. D’abord, n’oublions pas qu’une chemise est raffinée et classe. Donc ne cassons pas cette image. De fait, on oublie tout ce qui est énooorrrrmmmmes rayures, gigantesques carreaux ou encore fleurs titanesques. Pour la simple est bonne raison que c’est comme mettre un éléphant dans un magasin de porcelaine. Les imprimés doivent être subtils, et agréables à la vue. Surtout n’oubliez pas que de gros imprimés, ça grossit votre silhouette, et ne vous sublime pas. Après, il y a des couleurs qui vont à tout le monde, comme le blanc, ou le bleu ciel. Ensuite, quand vous prendrez confiance, et vous vous verrez beau dans une chemise, osez porter des couleurs un peu moins banales comme le rose pâle, ou encore la chemise vichy etc… Mais surtout, il faut essayer d’éviter les couleurs sombres. Ce n’est plus très tendance. En fait, ce qu’il faut faire c’est d’essayer de porter une veste sombre, et on casse la tenue avec une chemise claire. Bref, ces conseils-là, feront surement parti d’un autre guide. Autre chose, que je trouve très ringard, ce sont les chemises avec des grosses écritures collées au dos. Le top du disgracieux. Évitez, vraiment ce n’est pas du tout cool, et sincèrement c’est moche !

Exemple :

chemise gros carreaux

Petits bonus : les coupes de chemises.

  • La coupe classique : c’est la fameuse coupe qui s’élargit au niveau des hanches, c’est donc la chemise « parachute ». Celle qui doit être bannie, que l’on oublie. Toutefois, ne la brûlée pas, car n’oublions pas que dans certains endroits de la planète certains n’ont pas la chance d’en avoir pour se vêtir un minimum. Cependant, si vous avez une très grosse poche à bière, elle est faite pour vous.
  • La coupe droite : C’est la chemise dont les flancs sont parallèles et droits, comme son nom l’indique. C’est une chemise très confortable. Et c’est celle qui est à privilégier pour les hommes bodybuilder.
  • La coupe cintrée : C’est une coupe géniale qui s’adapte aux morphologies fines. En effet, les flancs de la chemise sont cousus et conçus de manière à ce que ça épouse les formes de notre corps.
  • La coupe extra slim fit : alors-là, c’est la chemise qui se colle à notre corps. Mais elle est adaptée qu’aux mecs qui sont vraiment très minces. Car, elle peut vite vous desservir …

Enfin, pensez à prendre une chemise qui vous va, pas une chemise qui vous ira. Toutes les précisions données ci-dessus ne sont que des conseils, à prendre en compte ou pas, à votre guise. Cela n’a pas pour but de stigmatiser votre conduite, juste à vous aiguillez, et vous aidez, si toutefois vous en ressentez le besoin.

8
14 Discussions on
“Guide : Comment choisir une chemise ?”

Laisser un commentaire