Le Barboteur

Digital Influencer

« COMMENT DÉSIREZ-VOUS RÉGLER ? »

C’était il y a quelques années. Je venais de démarrer le relooking et une marque de vêtements pointue dont nous visitions la boutique régulièrement m’a offert, une lueur de reconnaissance dans l’œil, ce qu’elle considérait probablement comme le Saint Graal pour toute fashionista qui se respecte : une invitation au défilé (deux invitations, pour être précis). Mais voilà, nous l’avons déjà évoqué précédemment, je n’ai pas la gueule d’une fashionista, alors j’y suis allé en curieux. Alors forcément, tout au long de l’heure de retard que la marque a savamment égrainé pour mettre le public en haleine (ou devrais-je dire à ébullition, il faisait 40 degrés là-dedans), ma curiosité s’aiguisait et je me demandais à quelle mascarade de style et d’élégance j’allais bien pouvoir assister.

Hé bien j’avais eu tort, mon cynisme me perdra. Même si la plupart des vêtements, pris individuellement, étaient « much too much », au final ces messieurs les mannequins ne manquaient pas d’allure. Au point que dans la trentaine de secondes qu’il leur fallait pour faire le tour du podium je m’étais presque fait à l’idée qu’ils portaient pour le défilé ce qui correspondait au plus proche à leur tenue habituelle. Surprise à la sortie quelques minutes plus tard, les mêmes gaillards ressortaient back stage en tenue « de ville » (disons leurs propres vêtements car il n’y avait rien de ville là-dedans), et devinez quoi : c’était jean-Converse pour tout le monde. Et pas n’importe quelle couleur, les Converse : bleues ou noir. La vache, on frise l’overdose d’originalité là, attendez au moins que mon œil ait le temps de s’habituer.

Cette brève expérience (qui se renouvela quelques fois par la suite, sans pour autant que je coure le carton d’invitation comme une blogueuse complexée) fût celle de la démolition d’une première contre-vérité : non, contrairement à ce que rabâchent unanimement les publicités de mode, les vêtements dits « de luxe » ne sont pas portés par les mannequins. Mais alors, par qui ?

Ils ne le sont pas non plus par les gens riches. Je veux dire, les gens vraiment riches (ceux qui ne travaillent plus pour l’argent, mais dont l’argent travaille pour eux). L’occasion m’a été donnée d’en connaître une poignée, et ils se répartissent en deux camps sans exception : ou bien ils se couvrent de loques pour ne pas se faire remarquer, et il n’y a que l’or discret de l’Audemars Piguet pour les trahir aux yeux des connaisseurs. Soit ils vont chez un bon tailleur italien qui n’a pas changé d’enseigne depuis (au moins) 1956. Pas un ne se préoccupe de porter le blouson en cuir de la dernière campagne Dior qui figure en page n°13 dans GQ ce mois-ci (je choisis celle-ci au hasard, mais il se pourrait bien que j’aie raison). Mais alors, qui porte les vêtements de luxe hors de prix de l’avenue Montaigne et de la rue François 1er ? Je veux dire quels hommes ?

En désespoir de cause, je crois sincèrement qu’il n’y a que :

  • les vendeurs de ces propres maisons, qui les payent un quart de leur valeur pendant les soldes privées,
  • les homos du marais et alentours (catégorie qui se recoupe largement avec la première pour qui connaît la géographie parisienne),
  • quelques blogueurs qui veulent « faire comme si » (ils comprendront),
  • et moi, quand j’étais jeune et con.

Oui, j’ai été assez con pour acheter des articles dont le prix s’écrivait à quatre chiffres, et encore plus pour les porter, avec la fierté insoumise de celui qui vient de déposer son offrande sur l’autel de l’élégance et du style.

Aujourd’hui, je suis fermement convaincu que seuls 3 types d’articles peuvent mériter de voir leur prix s’afficher à 4 digits :

  1. une vraie montre (c’est même une obligation),
  2. un beau costume,
  3. et un très beau (et surtout très chaud) manteau d’hiver.

Et vous ? Donnez votre avis en postant un commentaire ci-dessous

Stéphane

www.spikeseduction.com

1
6 Discussions on
“« COMMENT DÉSIREZ-VOUS RÉGLER ? »”
  • Le désir nait forçément (pour moi) par un besoin.
    Un désir de consommation par le besoin d’être reconnu en tant que personne et d’appartenir à un groupe à une certaine catégorie sociale.
    La publicité et la com en sont les maîtres mots….

  • Pas mieux.
    Avec un net avantage pour une belle montre mécanique, choisie avec soi et qui corresponde à la personnalité de l’acheteur.
    Ensuite une belle paire de chaussures bien entretenue, parce que Maman avait raison et c’est l’une des premières choses que certains regardent. Idéalement sept belles paires de chaussures, histoire de pouvoir les laisser respirer.
    Je mettrai dans le même panier costume et manteau, tant que le tissu est de qualité et la coupe adaptée, pas besoin normalement de faire brûler la carte bleue, l’offre étant assez large.
    Je rajouterai un beau sac. Attaché case, portfolio, sac de voyage peu importe, mais un beau sac.

Laisser un commentaire